lundi 22 janvier 2018

Déménagement et émotions : les hauts et les bas

Un voyage dans le nord de l’Ontario est sans pareil si les chênes et les grands pins ne suivent pas le trajet. Sans oublier les ours, les orignaux et les chevreuils qui nous sont si familiers.


Les huit heures de route lentement écoulées entre ma ville au cœur d’or et la ville d’Ottawa m’ont particulièrement marquée. Fixant mon regard songeur par la fenêtre, les chênes et les grands pins étaient remplacés par une ribambelle d’édifices et d’autos. J’étais tout de même impatiente de commencer les quatre prochaines années de ma vie, où la rencontre de nouvelles personnes m’attendait.

Un an plus tard, j’ai surmonté le défi de déménager si loin de chez soi. Mon meilleur accomplissement as été de me faire de nouveaux amis, ainsi la « vie adulte » m’a permis d’évoluer. Brièvement, les huit mois de nourriture à la cafétéria m’ont sauvé, j’ai enduré l’hiver humide et indissociable de la capitale, je me suis perdue dans la ville, à pieds et par autobus et vu ma famille pour quelques jours à Noël. Maintenant de retour des fêtes, ma famille, mes amis et ma ville natale me manquent. L’odeur de notre maison et le goût de nos mets préférés sont des petites perles d’or, n’est-ce pas?

Aussi banals que ces exemples peuvent sembler, vivre un premier grand déménagement se compare à une première demande de carte de crédit étudiante – tu ne sais pas trop quoi faire!  

Dès lors, vous vous demandez peut-être comment s’ajuster au nouveau semestre et à la routine étudiante… vous le savez : dormir tard, étudier de longues heures, travailler à temps partiel ou travailler dans notre domaine d’expertise; Netflix trois heures par jour! Voici quelques conseils :
-          Organiser son agenda en prévoyant une soirée ou deux pour parler à sa famille;
-          Fixez-vous des buts (bénévolat, joindre un club, faire un nouvel ami);
-          S’adapter à son horaire de sommeil habituel;
-          Manger sainement;
-          Assister aux cours et se présenter au professeur.

La clef de voûte est d’y arriver en prenant son temps. Plusieurs étudiants vivent des difficultés semblables à vous, soyez donc assurés que cela peut prendre quelques semaines avant de s’y faire! Il ne faut surtout pas oublier nos racines et faire ce qui nous rend heureux, tout en se ressaisissant. Pour moi, c’était d’écrire un poème de mon expérience en déménagement.



Le sel de mes larmes
Dans ma bouche elles m’inondent
Corps figé, souffle suspendu
Où aller, où aller.

Le vent affilé de souvenirs
Dans mon cœur ils sont proches
Mon esprit s’envole
Où aller, où aller.

Les murmures de la ville
Les accents des gens
Bousculée par les responsabilités
Hantée par l’étranger, je chante…

À l’horizon dois-je voyager
Pieds sur terre, déterminée
Des chemins à en perdre la vue
Trouver ma raison, à l’horizon.

Emmêlée de questions
Je lève enfin les yeux pour trouver
Un rayon de soleil s’échapper
Mon respire se calme
Où aller, où aller.

Désir d’apprendre, la piqure d’aventure
Ivre de joie, mon amour avec moi
La beauté de la vie jouée au ralenti
Le parcours est clair, j’y vais, je chante…

À l’horizon dois-je voyager
Pieds sur terre, déterminée
Des chemins à en perdre la vue
Trouver ma raison, à l’horizon.

À bout de forces, je me suis rendue
Pour voir un ciel fourmillant d’étoiles
Chacune d’elles destinées à me faire comprendre;

L’arc-en-ciel de mes passions brûlantes.


Article rédigé par Adèle

Aucun commentaire:

Publier un commentaire